top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurPierre Lebriquir

Que devient le cabinet ?

Cela fait longtemps que je n'alimente plus ce blog... il faut dire que je suis depuis plusieurs années dans la position ou je dois choisir entre m'occuper de mes dossiers ou passer du temps à rédiger des articles. La journée n'est pas extensible !


Cela fait désormais deux ans et demi que je suis rue de Rennes, à proximité immédiate de Saint Germain des Prés et à 100 mètres du premier cabinet d'avocat où j'ai fait un stage, il y a bien longtemps.


L'occasion du bilan ? Que s'est-il passé en deux ans et demi ?


Sur le plan structurel, je continue à exercer de manière individuelle (mais je ne suis pas vraiment tout seul). Je reste attaché à recevoir personnellement mes clients, travailler moi-même les dossiers, et élaborer les stratégies en direct. Mais je ne suis pas seul. Nous sommes six avocats à partager les locaux, et je suis désormais aidé par plusieurs avocates partenaires pour les dossiers en droit des étrangers. J'ai également, désormais, trois correspondants organiques, à Marseille, Lyon et Alger. Cela me permet de sous-traiter certains aspects spécifiques, et de gagner en efficacité globale.


Sur le plan pénal, je ne peux que constater une augmentation de l'ampleur des dossiers, toujours dans mes domaines de spécialité qui sont les accusations d'abus de confiance, escroqueries, blanchiment, d'un côté, et de l'autre les affaires criminelles et contre les personnes (violences, violences conjugales, infractions sexuelles). J'ai obtenu de beaux résultats ces derniers temps, avec mon triptyque habituel : analyse juridique, humanité, culture.


Sur le plan du droit des étrangers, je continue à traiter de plus en plus de dossiers de séjour (visa, titres de séjour, obligations de quitter le territoire) et de nationalité (naturalisations, actions déclaratoires, actions négatoires). Dans ces dossiers où nous parlons de libertés fondamentales et d'état des personnes, je continue à m'engager totalement. Et face au volume, comme je l'indiquai un peu plus haut, je ne suis pas seul, ce qui me permet de faire face aux urgences.


Que souhaiter de plus?


A vrai dire, rien. Continuons comme ça !

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

"Il fallait le visa. C'était la consigne"

Je suis en train de lire La nuit des temps de René Barjavel, livre de science fiction publié en 1968. Je viens de lire un passage qui évoque les visas, et l'évolution du monde. Je suis frappé par les

Rendez-vous en préfecture : cela ne s'arrange pas !!

J'écrivais un court billet en décembre 2021, mentionnant: "Cela fait désormais près d'un an et demi que les ressortissants étrangers rencontrent les plus grandes difficultés pour obtenir un simple ren

Comments


bottom of page